Dédié au développement de la pratique de la lecture en langue française auprès de jeunes tunisiens et au renforcement des compétences des professeurs de français afin que leurs élèves en aient une maîtrise suffisante pour réussir leur entrée au collège, notre programme initié en 2017 apporte une réponse à la pénurie de livres dont souffre le pays.

Il représente aussi une opportunité unique pour les membres du corps enseignant bénéficiaires de ce projet qui manquent de ressources et souffrent grandement d’un système éducatif sous financé, négligé depuis nombre d’années et qui par les dotations de livres inespérées de Biblionef se sentent soutenus, renforcés, encouragés dans leurs motivations parfois mises à mal.

Chaque année, entre 100 000 et 120 000 élèves quittent les bancs de l’école en Tunisie.

Parmi les causes à relever, de fortes disparités selon les régions en termes de qualité de l’enseignement, les zones rurales étant particulièrement défavorisées : écoles très éloignées, absence de sanitaires, mauvais état des locaux, peu ou pas d’équipement (mobilier, informatique, fonds documentaires…).

Aujourd’hui près de 80 % des Tunisiens sont insatisfaits du niveau d’instruction dans le pays, une proportion plus élevée que dans tout autre pays d’Afrique du Nord, alors qu’il était autrefois considéré comme l’un des meilleurs du monde arabe.

Il est donc toujours plus urgent de favoriser l’essor de la lecture auprès des jeunes, de renforcer leurs savoirs et de les ouvrir à des horizons plus larges. Dans un pays où la population reste majoritairement très attachée à son bilinguisme, il faut restaurer la place de la langue française dont la qualité de l’enseignement a considérablement décliné ces dernières années.

LE PROGRAMME « BIBLIOTHÈQUES POUR TOUS »

Le programme est né en 2017 afin de développer et dynamiser l’accès à la lecture en langue française en Tunisie par la création de bibliothèques scolaires primaires dans des régions défavorisées.

Le Ministère de l’éducation tunisien apporte à Biblionef un soutien technique en lui autorisant l’accès à l’ensemble des établissements scolaires via les Commissaires Régionaux de l’Éducation de chacun des gouvernorats et par conséquent lui autorise et facilite le déploiement de son programme sur le terrain.

Pendant la première année d’exécution du programme, Biblionef a permis à 38 écoles primaires dans 8 gouvernorats majoritairement situés en zone rurale d’être dotées de 15 000 ouvrages (Ariana, Béja, Bizerte, Djerba, Jendouba, Sousse, Tunis, et Tozeur).

Dans le cadre d’une convention signée entre Biblionef, la direction d’établissement et le Commissaire régional de l’Éducation, chaque lycée pilote s’engage à :

accueillir les écoles alentours identifiées ;

organiser un programme d’activités éducatives, culturelles et artistiques ;

mettre en place un système de prêt de livres dans les écoles et entre les écoles, et à la maison.

Biblionef a davantage concentré son action sur la création de médiathèques régionales implantées au sein de lycées dits « pilote », qui disposent de l’espace nécessaire pour accueillir un fonds de 3 000 livres, et devant être ouverts à des écoles primaires environnantes qui souhaitent s’associer au projet mais n’ont dans leur grande majorité ni local ni personnel dédié et formé pour recevoir et gérer un fonds.

Après l’ouverture de médiathèques à Siliana, Beja, Kasserine, Tozeur, Nefta, Kairouan, M’Saken….

NOS ACTIONS EN 2022 / 2023. KÉBILI et SFAX

KÉBILI : SIX BIBLIOTHÈQUES RAYONNANT SUR LE GOUVERNORAT

Le gouvernorat de Kébili est situé dans le sud-ouest du pays, à la frontière algéro-tunisienne, et bien qu’il occupe 13% de la surface du pays, il ne concentre que 1% de sa population.

La ville de Kebili, située à environ 500 kilomètres de Tunis, compte 20 000 habitants et est le centre administratif du gouvernorat du même nom dont l’activité repose essentiellement sur la production de dattes dont elle est, avec Tozeur, un grand centre de commercialisation.

Les conditions de vie sont difficiles dans cette région aride connue pour être la région détentrice du record de chaleur en Afrique.

Le nombre d’établissements scolaires est réduit dans ce gouvernorat qui compte 80 écoles primaires publiques et 39 collèges et lycées scolarisant les 35 000 élèves de la région.

Les taux de réussite aux concours d’entrée au collège y sont dramatiquement bas : sur près de 900 élèves de 6ème année qui se sont présentés au concours d’entrée au collège pilote en 2020, seuls 2 % ont été admis, contre 45% au niveau national. Pour le baccalauréat, seuls 40% des candidats ont été admis, contre 57% au niveau national.

Le gouvernorat de Kébili est ainsi caractérisé par un très fort besoin d’appui à ses établissements, mais aussi par une taille très importante, des villes éloignées et mal reliées du fait de son caractère désertique.

Au lieu de créer une médiathèque qui serait quasiment inaccessible au plus grand nombre, il a donc été décidé de privilégier la création de bibliothèques dans 6 écoles implantées dans les 3 circonscriptions de Kébili 1, Kébili 2 et Douz.

Ces écoles ont également été sélectionnées car elles sont chacune environnées d’autres écoles qui pourront bénéficier de prêts de livres par rotations.

Notre choix des 6 écoles a également été conforté par l’engagement des 6 attachés pédagogiques à travailler avec les enseignants de français pour qu’ils fassent vivre les dotations et que les élèves aient un contact fréquent avec les livres.

Ces écoles regroupent 2 536 élèves et 65 enseignants de français, mais sont entourées de plus de 50 écoles du gouvernorat et près de 20 000 élèves.

Remise officielle de livres lors de la visite aux écoles.

Le 1er juin 2023, Dominique Pace, fondatrice et directrice générale de Biblionef, et Philippe Faroy, secrétaire général, se sont rendus dans le gouvernorat de Kebili pour une visite de 5 écoles sur les 6 bénéficiaires du programme « Bibliothèques pour tous », rejoints par Christophe Clanché, attaché de coopération éducative. La 6e était trop lointaine, dans le désert, pour faire partie du programme de visites.

Elles ont commencé dans la matinée à l’école El Kobra, sise dans la ville de Douz, première école de la ville ouverte en 1928 à l’époque du protectorat français. C’est dire si de nombreux directeurs se sont succédé, dont tous les portraits sont affichés avec les dates de leur mission.

Dans une cour immense plantée de palmiers dattiers et d’arbustes à fleurs- une prouesse en plein Sahara grâce aux talents de jardinier du directeur, Taoufik Bettaieb, l’atmosphère était à la liesse. Des centaines d’enfants, garçons et filles, manifestement heureux et épanouis ont entouré les visiteurs que nous étions, comme une volée de moineaux, demandant tous à être pris en photos, nous entrainant pour les plus grands d’entre eux vers la bibliothèque et mettant un point d’honneur à bien s’exprimer en français, à dire qu’ils aimaient les livres.

Après les discours d’usage, les remerciements de la direction à Biblionef, les élèves ont joué en français une petite pièce de théâtre, préparée de longue date, ont chanté, et ont été vivement applaudis.

 Merci du fond du cœur pour ces livres offerts. Grâce à cette bibliothèque le cercle des lecteurs va grandir. Qu’on préfère les romans, les récits, la poésie, les contes, nous trouverons assurément nos destinations de voyages. Merci pour cette aubaine si précieuse, merci d’encourager la bonne habitude de lire chez les enfants, de leur apprendre à aimer les livres, ce qui va les aider sans aucun doute dans leur formation intellectuelle, sociale et émotionnelle, augmenter leur créativité et leur ouvrir la porte sur de nouveaux mondes et des choses à découvrir, leur éveiller la curiosité loin des écrans et leur faciliter l’apprentissage de la vie ainsi que l’acquisition d’une langue très riche. Merci mille fois et jamais assez.

Madame la Commissaire Régionale de l’Education de Kebili à l’école El Kobra de Douz

Puis les visites se sont poursuivies jusqu’en début d’après-midi dans les autres écoles situées à quelques kilomètres les unes des autres.

À l’école Rahmet à Kebili, nous avons reçu le même accueil enthousiaste tant de la part des enfants que de la direction et de l’équipe enseignante.

Là aussi une petite représentation a été donnée par les enfants, inspirée de la fable de La Fontaine, le Lièvre et la tortue et nous avons tous été impressionnés par la créativité des enseignants, qui avec très peu de moyens avaient préparé des costumes et des accessoires charmants et pleins d’humour pour illustrer cette fable.

À l’école dite Avenue Bourguiba à Kebili, nous avons été rejoints par Fatima Jaidi, journaliste à Radio Nefzawa et un cameraman.

Dans la médiathèque de l’école a eu lieu une interview filmée de la Commissaire régionale de l’Education, de Christophe Clanché et de Dominique Pace afin de donner à cette belle opération initiée par Biblionef un retentissement mérité. La vidéo de ce reportage est disponible sur la page Facebook de Nefzawa, en suivant ce lien :

https://www.facebook.com/watch/live/?ref=watch_permalink&v=272684778549133

En français, vous pourrez retrouver les prises de parole de Christophe Clanché (4’40) et de Dominique Pace (6’05).

Les visites ont continué vers les écoles dites Route de Gabès et Souk Lahad avec encore d’intéressants et édifiants échanges avec le personnel éducatif et de petits spectacles préparés par les jeunes élèves dont une version du Petit Chaperon rouge.

SFAX : UNE NOUVELLE MÉDIATHÈQUE RÉGIONALE 

Sfax, deuxième ville et centre économique de Tunisie, est une ville portuaire de l’est du pays située à environ 270 kilomètres de Tunis. La ville compte près de 300 000 habitants, pour une agglomération – le Grand Sfax – d’environ 600 000 habitants. La ville de Sfax concentre également les principales institutions éducatives du Sud du Sahel.

En concertation avec Christophe Clanché, attaché de coopération éducative à l’Institut français de Tunisie, Imène Ben Ammar, Inspectrice du gouvernorat de Sfax et de Mounir Damak, très actif Commissaire Régional de l’Education de Sfax 2, le choix s’est porté sur le lycée pilote Sfax 2, Sakiet Ezzit, situé à 12 kilomètres du centre-ville. Bâti en 2017, les élèves qui y sont scolarisés ne bénéficiaient pas encore d’une bibliothèque scolaire.

Le lycée est à proximité de trois collèges et de deux écoles primaires et la médiathèque permettra ainsi aux élèves de différents niveaux de se rencontrer pour lire, apprendre, découvrir, écouter de la musique et échanger, et leur garantir un égal accès à l’information et à la culture. Elle sera aussi un lieu de proximité, un espace de rencontre et de citoyenneté.

La médiathèque sera donc l’occasion de créer une communauté scolaire composée de jeunes qui s’inscriront dans des projets culturels de grande envergure.

Et ce sont ainsi près de 2 500 élèves qui pourront profiter de cette médiathèque et de sa belle collection de livres.

Des programmes de valorisation de la médiathèque seront déployés en collaboration avec la circonscription de Sfax 2 et l’Institut français de Tunisie. Par exemple :

  • La mise en place d’un projet de lecture interdisciplinaire
  • La création d’un blog
  • La création avec les élèves d’une représentation théâtrale

L’inauguration

Le 2 juin 2023 au matin, tout était prêt pour la cérémonie officielle de remise des livres et l’inauguration de la médiathèque. Les jours qui avaient précédé, enseignants de français et élèves s’étaient attelés dans la joie et l’enthousiasme de la découverte, à l’ouverture des cartons contenant cette précieuse dotation de 3000 livres et à leur installation sur les rayonnages offerts par l’Institut français qui couraient sur les murs. L’espace avait belle allure.

L’équipe Biblionef s’est rendue à Sfax pour cette occasion, constituée de Dominique Pace, fondatrice et directrice générale de l’ONG et de Philippe Faroy, Secrétaire général et y a retrouvé Christophe Clanché, attaché de coopération éducative à l’Institut français.

Ils ont été accueillis chaleureusement et dans une atmosphère de fête par Mounir Adamak, Commissaire régional de l’Education, par les inspecteurs de la circonscription, les enseignants de français heureux de pouvoir parler de toutes les nouvelles activités qu’ils pourraient initier avec leurs élèves, d’élèves du lycée pilote qui savouraient déjà les promesses de bonheur de lectures à venir…

Puis le ruban rouge a été solennellement coupé avant l’entrée de tous dans la médiathèque.

Des discours ont été prononcés, des fleurs ont été offertes en marque de reconnaissance.

À la demande de Biblionef tous se sont engagés à faire en sorte qu’un maximum de livres puissent sortir de la médiathèque pour être prêtés à un maximum d’élèves avant les grandes vacances, pour qu’ils puissent passer « Un été en livres ».

Un groupe WhatsApp a été créé par Biblionef afin que le contact soit maintenu avec l’équipe du lycée pilote et qu’au fil de l’eau ils puissent partager leurs expériences, les activités mises en place, envoyer des photos, de petites vidéos, et que Biblionef puisse continuer à les encourager, les motiver, les remercier aussi…