Peu de temps après avoir fêté son 1er anniversaire, le projet « Bibliothèques pour tous » a pris une nouvelle dimension !

Le 2 février dernier à Tunis, Dominique Pace, Directrice générale de Biblionef, et Kamel Hajjam, Directeur général du cycle primaire au Ministère de l’éducation tunisien, ont en effet signé, en présence du Ministre de l’éducation, Hatem Ben Salem, et de l’ensemble des Commissaires régionaux des cycles primaire et secondaire, une Convention de partenariat portant sur cette action.

Initiée en octobre 2016 par Biblionef en collaboration avec trois associations tunisiennes (Kolna Tounes, Un Enfant des Sourires et Appui aux Initiatives de Développement), « Bibliothèques pour tous » ambitionne de toucher en 4 années plus de 30 000 élèves tunisiens, via la dotation de plus de 65 000 livres neufs à 140 écoles situées en zones rurales pour la plupart. Grâce à cette convention, Biblionef aura un libre accès à tous les établissements primaires et secondaires des 24 Gouvernorats de Tunisie, ce qui facilite grandement le déploiement sur le terrain de ce projet d’envergure.

De plus, ce soutien signifie pour Biblionef la reconnaissance de la part des instances tunisiennes du réel potentiel éducatif et culturel de l’action, qui est en parfaite cohérence avec la volonté du Ministre de l’éducation de faire de la lecture, et de l’amélioration du niveau général de français les priorités éducatives pour les années à venir. N’oublions pas que le français étant la langue d’enseignement en Tunisie, il est primordial que les élèves aient accès à des ressources de qualité, ce que permet Biblionef au travers de cette dotation. 38 écoles ont d’ailleurs d’ores et déjà profité d’une partie des livres en 2017, et ont à cette occasion organisé des animations et ateliers de découverte et de lecture. Des clubs de lecture ont par exemple été mis en place, pour que les élèves puissent non seulement lire en français, mais aussi développer des compétences en analyse de texte.

« Bibliothèques pour tous » comporte également un volet de formations, à destination des bibliothécaires qui animeront les futurs espaces : c’est là qu’intervient un autre partenaire, l’Institut français de Tunisie, qui accueillera les bibliothécaires de la région de Tunis, pour les former à la gestion et à l’animation d’une bibliothèque. Les associations impliquées se chargeront quant à elles des formations hors de la région de Tunis.

Il ne fait donc aucun doute que des répercussions positives pour la société civile, auprès des professeurs, des associations, des bibliothécaires et bien sûr des jeunes tunisiens apparaîtront très bientôt.

Articles Recommandés